Comunicare

   Compagnon du parcours de soins

    Comunicare met en relation le patient et son équipe soignante.

Une platforme, plusieurs interfaces

Plateforme

La plateforme Comunicare aggrège l'information à destination du patient et collecte ses données pour les mettre à disposition de l'équipe soignante. Comunicare innove dans la personnalisation de l'information sur le parcours de soins et l'intelligence dans l'interaction patient/soignant.

Patient

Application mobile

L'application mobile permet d’informer le patient sur son parcours de soins, l’aider à mieux adhérer à son traitement et communiquer son ressenti à l'équipe soignante. L’application donne accès à différentes informations :

  • Une ligne du temps sur le traitement et les activités
  • Des connaissances pratiques sur le traitement
  • Des capsules vidéos didactiques
  • La description des effets secondaires éventuels

Équipe soignante

Tableau de bord

Comunicare collecte le ressenti et les symptômes du patient et permet aux soignants de prévenir les situations à risque. 

Un tableau de bord est mis à disposition des soignants pour consulter les données transmises par le patient.

Téléconsultation

Une technologie de vidéoconférence moderne et sécurisée de bout en bout est intégrée dans l'application mobile du patient et dans le tableau de bord du soignant. Le médecin ou l'infirmière peut créer un rendez-vous de téléconsultation et, en un clic, entrer en contact avec le patient.

Entourage

Les proches du patient et les autres acteurs de soins sont aussi impliqués. L'application mobile est polyvalente et permet au patient de partager certaines informations avec ses proches. Grâce aux réseaux santé, les autres acteurs de soins peuvent aussi accéder à certaines données partagées par les patients.

Modèles prédictifs

Comunicare Analytics inclut des modèles prédictifs validés que les médecins peuvent utiliser pour décider des options de traitement de manière individualisée ou détecter des situations risques qui découlent de l'analyse des données fournies par les patients. Ces outils sont essentiels dans l'aide à la décision médicale pour les médecins mais aussi dans la participation des patients.

Pathologies

L'application s'adresse au suivi des pathologies chroniques (cancer, insuffusance cardiaque, myélome multiple,  BPCO, diabète) et des épisodes de soin complexe. La plateforme s'enrichit de nouvelles pathologies au fur et à mesure de son déploiement.

Cancer

Myélome mulptiple

COVID-19

Insuffisance cardiaque

Diabète

BPCO

Actualités

Walchain et Comunicare déploient un premier cas d’usage sur l’infrastructure blockchain « Made in Wallonia »

Liège, 22 novembre 2021 –  Walchain et Comunicare déploient un premier cas d’usage sur l’infrastructure blockchain « Made in Wallonia ». L’initiative WalChain, née du rassemblement de startups wallonnes travaillant sur la blockchain, vise à promouvoir la blockchain « Made In Wallonia » comme outil novateur pour la construction d’écosystèmes collaboratifs et transparents mais aussi comme une opportunité de contribuer au redéploiement économique durable en Wallonie.

Fruit de la collaboration étroite entre les membres du réseau, la première infrastructure de test wallonne, appelée Testnet, a été mise en place en Octobre 2021.

Construit sur la technologie Parity Substrate proposant un framework open-source d’infrastructure blockchain, cet environnement de test mis à disposition des différents acteurs wallons vise à faciliter et encourager le développement de solutions « Made in Wallonia » basées sur la technologie blockchain.

COMUNICARE SOLUTIONS est ainsi la première start-up à y déployer un cas d’usage.

COMUNICARE SOLUTIONS est une start-up spécialisée dans les technologies e-santé, proposant ComuniCare, une plateforme pour l’accompagnement des patients dans leurs parcours de soins et la communication avec les soignants. L’intégration de la blockchain a pour objectif est d’explorer l’usage de cette technologie pour assurer la décentralisation, la transparence et la traçabilité du consentement des patients lors de partage de données.

Pour plus d’information:  https://walchain.be/

 

ComuniCare est approuvé pour le programme ETAPES en France

Paris, 3 novembre 2021 – ComuniCare est officiellement approuvé par le Ministère Français des Affaires sociales et de la Santé comme une solution conforme au cahier des charges du programme d’Expérimentations de Télémédecine pour l’Amélioration des Parcours En Santé (ETAPES). Ce programme a été mis en place par les autorités de santé françaises afin d’expérimenter et d’évaluer la télésurveillance de différentes pathologies.

Le programme ETAPES encourage et soutient financièrement le déploiement de projets de télésurveillance sur l’ensemble du territoire français. La télésurveillance suppose que plusieurs catégories de professionnels se coordonnent autour du patient pour effectuer un acte médical, fournir une solution technique ou encore assurer un accompagnement thérapeutique. L’organisation de ces pratiques nécessite un temps d’appropriation et de déploiement qui justifie le recours à des expérimentations. Actuellement, les expérimentations concernent 5 pathologies : l’insuffisance cardiaque, l’insuffisance rénale, l’insuffisance respiratoire, le diabète, les prothèses cardiaques implantables. Chaque type d’expérimentation repose sur un cahier des charges national.

ComuniCare a été approuvé pour 3 pathologies: l’insuffisance cardiaque, l’insuffisance respiratoire, le diabète. Cette certification est une étape importante dans la stratégie d’accès au remboursement de nos solutions d’accompagnement thérapeutique des patients en Europe.

Pour plus d’information: https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/prises-en-charge-specialisees/telesante-pour-l-acces-de-tous-a-des-soins-a-distance/article/la-telesurveillance-etapes#Qu-est-ce-qu-ETAPES

 

ComuniCare est approuvé par Orcha avec un score de 80%

LONDON, 28 septembre 2021 – ComuniCare est approuvé par Orcha avec un score de 80%. ORCHA est le leader mondial de l’évaluation des produits de santé numérique. Il examine, évalue et accrédite les produits de santé numérique pour le compte de centaines d’organismes de santé et de soins à travers le monde. Les professionnels de la santé et des soins utilisent les bibliothèques d’applications ORCHA pour trouver, évaluer et prescrire des produits directement à leurs patients et utilisateurs de services. Parmi leurs clients figurent le NHS, l’American Telemedicine Association et Netherlands MIND. 

Plus d’information: https://appfinder.orcha.co.uk/defaultsearch/?search=comunicare

 

Comunicare et BPCO : premiers résultats d’une étude clinique

LIÈGE, 25 septembre 2021 – Comunicare : premiers résultats d’une étude de faisabilité et d’efficacité d’une application mobile simplifiée d’autoéducation et d’auto-surveillance pour des patients atteints d’une broncho-pneumopathie chronique obstructive sévère dans la région liégeoise – par Dr Jean-Baptiste Duquenne, sous la direction de Dr Hélène Van Cauwenberge

 

Introduction

En Belgique, on estime à 400 000 le nombre de Belges atteints d’une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Ces exacerbations engendrent une dégradation de la qualité de vie ainsi qu’une consommation importante des ressources médicales. La prévention des exacerbations de BPCO est aidée par une autonomisation du patient appuyée par des pratiques d’éducation et d’auto-surveillance. C’est dans ce cadre que la télémédecine prend tout son sens.

Elle se présente sous diverses formes que ce soit au niveau didactique, de renforcement des bonnes pratiques, de revalidation à distance ou de monitoring à domicile. Ce télémonitoring, souvent mis en avant pour la prévention des exacerbations, est critiqué d’être trop compliqué au quotidien.

Objectifs et méthode

Nous souhaitons créer une application simplifiée « Pour le patient, par le patient » qui soit gérée de façon autonome, sans l’appui d’un professionnel de santé. Le patient est responsable de lui-même.

Dans cette étude prospective, nous étudions la faisabilité et les effets de notre compagnon digital de la santé, développé selon une méthode allégée d’auto-éducation et d’auto-surveillance pour des patients atteints de BPCO GOLD III à IV classe C/D selon la classification GOLD 2019.

Après l’installation, le patient est invité à prendre connaissance du volet didactique de l’application.

Ensuite, il complète la partie auto-surveillance au minimum trois fois par semaine puis autant qu’il le souhaite. Une évaluation spirométrique et par questionnaires est réalisée à l’inclusion, à trois et à six mois, soit la durée de notre étude. L’objectif primaire est la diminution du nombre d’hospitalisations pour exacerbation de BPCO tandis que les objectifs secondaires intègrent, en autres, une évaluation de la qualité de vie et l’observance thérapeutique.

Résultats

Au vu du confinement lié à la pandémie COVID19, notre recrutement a dû se limiter à 14 patients. Malgré un objectif primaire non atteint, la diminution du nombre d’hospitalisations pour exacerbation de BPCO, certains résultats sont à mettre en avant. Le taux d’encodage est excellent, sans lassitude au fil de l’étude. Il est corrélé au sentiment de facilité d’utilisation de l’application. On observe une corrélation positive entre le taux d’encodage et certains objectifs secondaires tels que la réduction du nombre de jours d’hospitalisations, le CAT et l’observance thérapeutique. Signalons une majoration de l’anxio-dépression à intégrer au contexte général ambiant très particulier qu’a été le confinement lié à la pandémie COVID19.

Conclusion

L’arrivée des nouvelles technologies a permis le développement de la télémédecine. Son utilisation dans la BPCO est prometteuse mais nécessite des ajustements. Les dispositifs doivent être simples d’utilisation et ne conviennent ni à tous les patients, ni à toutes les situations. Les candidats motivés y trouveront une source d’information fiable et personnalisée ainsi qu’une aide à l’autonomisation. La télémédecine est particulièrement adaptée aux situations aigües ou déstabilisatrices. Notre étude montre la faisabilité d’un compagnon digital qui limite la complexité de l’outil informatique.

 

Comunicare et MedC2 fusionnent

LIÈGE, 24 juin 2021 – Comunicare Solutions (en abrégé Comunicare) et The Medical Cloud Company (en abrégé MedC2) ont fusionné. En mettant en commun leurs ressources, les deux start-ups Liégeoises veulent renforcer leur capacité à fournir des solutions innovantes pour permettre l’accompagnement des patients et faciliter l’interaction avec leurs équipes des soins. Cette fusion élargit le portefeuille de solutions et s’inscrit dans une stratégie d’internationalisation.

« Nous rapprochons nos activités depuis plusieurs mois dans le cadre de nos projets européens et avons hâte de maintenant pouvoir pleinement réaliser les synergies identifiées. » dit Brice Van Eeckhout, co-CEO de Comunicare.

L’entité fusionnée, qui a repris le nom de Comunicare Solutions, propose une plateforme étendue d’accompagnement et d’autonomisation des patients qui permet l’éducation thérapeutique, l’adhésion aux traitements, le recueil et l’analyse des signes, symptômes et ressenti des patients, et la prédiction des résultats des traitements ou des risques d’exacerbation.

Professeur Philippe Lambin, Conseiller scientifique de l’entreprise : « Notre vision est que l’émergence de l’intelligence artificielle doit faciliter l’implication du patient dans la prise en charge de sa santé et non l’inverse. »

L’entreprise travaille déjà en Belgique avec plusieurs hôpitaux Wallons, Flamands et Bruxellois, et à l’étranger avec des hôpitaux en Allemagne et aux Pays-Bas. Les aires thérapeutiques actuellement couvertes sont l’oncologie, la cardiologie, la pneumologie, la diabétologie et les maladies infectieuses. Comunicare fait partie des pionniers dans le processus de validation mHealthBelgium qui ouvre la voie pour l’obtention d’un remboursement de l’INAMI aux applications d’eSanté certifiées.

Pour Alfred Attipoe, co-CEO de l’entreprise fusionnée, « dans un contexte de crise sanitaire marquée par une multiplication de solutions e-santé et la prise de conscience de leur importance, cette fusion permettra d’accélérer notre développement stratégique ».

 

 

 

 

 

Le pharmacien comme coach du patient diabétique de type 2 : une étude belge a pour but de le démontrer

MediQuality, 30 Avril 2021

Si tout le monde est familier avec le terme « pandémie » depuis 1 an grâce à la Covid, le diabète de type 2 en est un autre exemple qui hante la santé publique depuis bien plus longtemps.

La prévalence en Belgique du diabète de type 2 doit se situer aux environs de 6%, même si des chiffres précis manquent cruellement. Si on y ajoute les prédiabétiques, on est bien entendu encore beaucoup plus haut.

Plus qu’une autre pathologie, le diabète de type 2 nécessite une coordination scrupuleuse des soins de façon à mettre le patient dans les meilleures conditions pour augmenter son empowerment et devenir ainsi véritablement acteur de sa santé.

Il est relativement évident qu’on est encore assez loin de cet objectif : la prise en charge des patients diabétiques de type 2 reste fragmentée la plupart du temps et ce manque de continuité dans les soins fait le lit des évènements cliniques indésirables dont l’hospitalisation en est la plus sévère expression.

A titre d’exemple, le manque de coordination entre l’hôpital et les soignants ambulatoires a des conséquences stupéfiantes : il a été mis en évidence jusqu’à 80% de discordance entre le traitement prescrit à la sortie de l’hôpital et ce que le patient prend à son retour à domicile.

Le pharmacien est dans ce contexte un acteur primordial tant dans le suivi du schéma thérapeutique que dans les aspects d’éducation à la santé.

C’est ce que va tenter de démontrer une étude belge lancée ces dernières semaines. A l’initiative de Multipharma et de la Faculté de Santé Publique de Liège, 20 pharmacies réparties dans tout le pays vont essayer de combler le déficit existant qui empêche le patient de devenir un véritable acteur de sa santé.

Après une initiative similaire il y a quelques années qui a permis de démontrer que l’accompagnement du patient diabétique de type 2 par le pharmacien permettait d’améliorer de manière significative l’observance thérapeutique, l’étude actuelle va évaluer si l’accompagnement de ces patients au moyen d’une application digitale permet d’améliorer l’éducation thérapeutique, son empowerment et le pronostic d’une manière générale.

C’est la start-up liégeoise Comunicare qui a été choisie pour développer l’application digitale et les résultats seront analysés par la Faculté de Santé Publique de l’Université de Liège. Les médecins généralistes et les endocrinologues de ces quelques 100 patients seront évidemment informés de manière rigoureuse du suivi de leurs patients.

Cette initiative belge s’inscrit parfaitement dans le concept développé par le Professeur Michaël Porter de l’Université d’Harvard intitulé « integrated practice units ». Elle devrait être à même de répondre aux attentes des patients et de faire entendre leur voix:

– Intégrer les valeurs des patients dans les parcours de soin

– Améliorer la collaboration entre les soignants y compris dans l’éducation thérapeutique

– Fluidifier l’accès aux soins

– Renforcer la communication des soignants pour y inclure d’avantage d’empowerment.

Rendez-vous mi-2022 pour les résultats !

 

Voir l’article 

 

 

 

Une application en pharmacie pour le coaching et le suivi du patient diabétique

Le Spécialiste, 21 Avril 2021

Multipharma, Comunicare et l’université de Liège lancent MEDIPA, une étude visant à démontrer les bénéfices d’un coaching de patients diabétiques de type II par le pharmacien avec une application mobile.


En tant qu’acteur de première ligne et dispensateur de médicaments prescrits, le pharmacien a un rôle à jouer notamment en tant que coach d’un patient diabétique non encore inclus dans un trajet de soins. Afin de confirmer ce constat, Multipharma, Comunicare et l’université de Liège lancent, MEDIPA, une étude visant à démontrer les bénéfices d’un coaching de patients diabétiques de type II par le pharmacien avec l’application mobile Comunicare. Pour rappel, il s’agit d’un dispositif médical de Classe 1 validé au niveau 2 de la plateforme mHealthBelgium.

 

Voir l’article 

 

 

 

La santé connectée, un défi technique… et humain !

La connexion, Décembre 2020

Depuis plusieurs années, Hélène Van Cauwenberge s’intéresse aux solutions de télé-monitoring pour le suivi des patients BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive). Elle a participé à plusieurs projets-pilotes en la matière, dont un actuellement (2020-2021), dont elle est l’investigatrice principale, sur une application mobile d’information thérapeutique et d’auto surveillance à domicile. Un exemple d’e-santé, témoin d’un secteur où la digitalisation prend de plus en plus de place, qu’il nous semblait donc logique d’aborder dans cette lettre thématique.  Hélène Van Cauwenberge, Chef de Clinique et pneumologue, CHU de Liège, Spécialiste en Réadaptation Fonctionnelle et Professionnelle des handicapés

Vaste projet innovant et séduisant que de mettre le monde numérique au service de la santé, un défi du présent et du futur !

Un défi du présent, car la digitalisation s’est imposée dans notre travail de médecin, via le dossier médical informatisé, via la prescription électronique, via la communication de résultats médicaux par le réseau santé wallon (malheureusement pas belge), via l’accès à l’iconographie en imagerie médicale. Des progrès importants restent à faire en particulier en termes d’accessibilité et de qualité des systèmes actuels.

L’e-santé est un défi d’avenir par les améliorations à apporter aux outils déjà disponibles mais aussi par le développement de canaux de communication conviviaux, non anxiogènes, efficients et efficaces, permettant une connexion entre le soignant et son patient, sans sentiment de contrainte pour l’un ou l’autre et permettant un gain de temps et de qualité des soins dans le respect de la protection des données.

Voir l’article 

 

 

 

Une application belge pour prédire le risque d’hospitalisation de patients positifs Covid-19

Le Spécialiste, 26/10/2020

Un nouvel outil est mis, en libre accès, à la disposition des généralistes et des hôpitaux par Comunicare. “Notre volonté est d’apporter une aide à la décision médicale afin de permettre une meilleure prise en charge des patients mais aussi anticiper le manque de capacité des hôpitaux en termes de lits” explique Alfred Attipoe, le CEO de Comunicare. 

 

Depuis plusieurs semaines les hôpitaux sont surchargés et depuis quelques jours au bord de la rupture. La prise en charge hospitalière est une réelle préoccupation pour les institutions de soins et les autorités publiques. Dans le contexte actuel de seconde vague et malgré la systématisation des tests de dépistage, il est difficile d’anticiper le risque de progression de la maladie chez les patients testés positifs et nécessitant une hospitalisation. La société Comunicare y réfléchit pourtant depuis le début du mois de mars : « Notre volonté est d’apporter une aide à la décision médicale afin de permettre une meilleure prise en charge des patients mais aussi anticiper le manque de capacité des hôpitaux en termes de lits » explique Alfred Attipoe, le CEO de Comunicare.

Voir l’article 

 

 

 

Comunicare: gratuit pour les cardiologues et pneumologues dans le suivi des patients chroniques

Le Spécialiste, 4/4/2020

Dans le cadre de la gestion de la crise sanitaire du COVID19, l’application Comunicare est gratuite pour les cabinets de cardiologues et de pneumologues. Elle permet l’auto-gestion et le suivi à distance des patients à risque, y compris la téléconsultation.

 

En cette période très difficile de pandémie de coronavirus, les soins pour les autres patients doivent se poursuivre. Ils sont pourtant nombreux à fuir les hôpitaux. Pour que les spécialistes puissent continuer à soigner au mieux leur patient, le CEO de Comunicare, Alfred Attipoe entend apporter une aide concrète : « Dans ce moment de crise, je propose notre solution gratuitement aux cabinets de cardiologues et de pneumologues pour l’auto-gestion et le suivi à distance des patients à risque. Il est essentiel pour les spécialistes de garder le contact avec leur patient. Cela pourrait concerner directement les patients souffrant d’insuffisances cardiaques, l’hypertension artérielle complexe ou de BPCO par exemple mais les autres maladies chroniques méritent aussi un suivi pour éviter les comorbidités à risque dans le cas du covid19. »

Voir l’article 

 

 

Nos partenaires